Author Archive

Défi : 5 pépites pour changer sa vie

Anaïs EUVERTE post on octobre 5th, 2019
Posted in Uncategorized

Aujourd’hui, je partage avec vous mon défi : 5 pépites pour changer sa vie avec la Méthode ESPERE

Chaque jour, je partagerai avec vous une pépite de la Méthode ESPERE qui a changé ma vie et qui peut changer la vôtre. Chaque pépite sera accompagnée d’un défi à relever pour mettre en pratique.

Vous me rejoignez?

Voici le défi pour aujourd’hui :

Du 5 au 9 octobre 2019
A suivre en ligne :
Sur You tube : Anaïs Euverte
Sur le blog : blog-espere.com
Sur Facebook : @lescheminsdelarelation

Mes enfants ne s’entendent pas, comment faire?

Anaïs EUVERTE post on septembre 24th, 2019
Posted in Uncategorized

Voilà la question qui m’a été posée par une des lectrices du blog.

En résumé la situation est la suivante : notre lectrice est maman de 3 filles qui sont âgées de plus de 30 ans et l’aînée ne s’entend pas avec les deux autres. L’aînée dit à sa mère qu’elle est mise à l’écart, rejetée et la mère se demande comment remédier à cette situation. La mère préférerait que la famille soit unie.

Ce questionnement amène plusieurs remarques.

D’abord, il se trouve que la fille aînée se plaint auprès de sa mère d’être rejetée par ses deux sœurs. Or cette situation est en fait une forme de communication indirecte.

Lorsque nous communiquons à une tierce personne plutôt qu’à la personne directement concernée, nous ne réglons rien.

Je m’appuie ici sur une règle d’hygiène relationnelle de la Méthode ESPERE: « je ne mets pas dans une relation ce qui appartient à une autre ». Autrement dit : je ne mélange pas les relations, je m’adresse à la personne concernée par le problème.

Je suggère donc à notre lectrice d’inviter sa fille à se positionner vis-à-vis de ses sœurs directement. Il s’agit pour la mère de ne pas prendre une place de messager ou de sauveur dans la famille, et de ne pas laisser sa fille occuper un rôle de victime. En effet, la fille aînée reproche à sa mère de ne pas intervenir mais il me semble que ce n’est pas son rôle : chacun est responsable de ses relations.

C’est un point très important car ce système de communication indirecte renforce les non-dits et les malentendus. Il envenime la situation.

De la même façon que la mère n’acceptera plus que sa fille parle « sur » ses sœurs et qu’elle va l’inviter à parler à ses sœurs, il s’agira pour cette maman elle-même de ne plus avoir de communication indirecte : de ne plus parler sur ses filles mais de leur parler plus directement.

Elle pourra aussi témoigner de ses ressentis face à la situation.

Enfin, il me semble important que cette maman questionne le modèle de famille qu’elle a dans son idéal. En effet, en tant que parents nous pouvons avoir une vision idéale de la famille que nous souhaiterions (la famille du bonheur 😉 ). Mais dans la vraie vie, les choses se passent souvent autrement car les histoires familiales sont parfois complexes. Peut-être que cette maman rêvait d’une famille unie, soudée, où tout le monde se côtoie régulièrement. Ce rêve est souvent une réponse à un modèle familial que nous avons connu.

Alors il y aura peut-être un deuil à faire si la réalité n’est pas conforme aux espérances que nous avons nourries. Il y a alors sans doute à accepter que chaque relation est unique et que certaines relations frères-soeurs peuvent être conflictuelles ou simplement distantes.

Oui elles peuvent l’être. Je sais aussi que les relations sont vivantes et peuvent évoluer avec le temps, si l’on s’en occupe.

En tous cas, je crois vraiment que les parents ne sont pas en charge des relations entre leurs enfants, et cela est d’autant plus vrai que quand les enfants sont adultes : ils peuvent choisir de se côtoyer, d’entretenir les relations ou pas. Laisser grandir ses enfants implique de respecter cette liberté propre à chacun.

J’espère que cette réponse donnera quelques clés à cette lectrice.

Vous pouvez vous aussi poser votre question :

blog-espere.com/posez-moi-vos-questions/

Si vous souhaitez aller plus loin, je vous invite à découvrir mon cahier pour apprendre à communiquer :

Une astuce relationnelle qui change la vie

Anaïs EUVERTE post on septembre 9th, 2019
Posted in Uncategorized

Pour aller plus loin :

http://lescheminsdelarelation.com/cahier-pour-apprendre-a-communiquer/

Comment assumer nos choix

Anaïs EUVERTE post on septembre 2nd, 2019
Posted in Uncategorized

Bonjour,

Aujourd’hui je partage avec vous une vidéo dans laquelle je vous parle des choix que nous faisons 🙂

Je vous souhaite une merveilleuse journée.

Si vous souhaitez approfondir la question des choix en lien avec les émotions, c’est ici :

http://www.lescheminsdelarelation.com/atelier-a-faire-chez-soi-mieux-vivre-avec-ses-emotions/

Comments are closed

Apprendre à résoudre les conflits

Anaïs EUVERTE post on juillet 24th, 2019
Posted in Uncategorized

Dans les articles précédents, nous avons évoqué les risques des non-dits et aussi ceux des conflits vécus sur un mode réactionnel.

Comment vivre des conflits relationnels ? Comment faire en sorte que les conflits nous fassent grandir et améliorent la relation plutôt que de la dégrader?

Il y a 3 étapes selon moi à respecter :

1ère étape : Savoir reconnaître un conflit

Il s’agit de s’écouter suffisamment pour savoir ce qui se passe à l’intérieur de soi et d’oser le reconnaître. Est-ce que je me sens gêné, mal à l’aise, en colère… ? Oser se le dire est le premier pas pour avancer. Ne pas réprimer ses émotions et écouter notre petite voix intérieure.

2ème étape : Oser s’affirmer

Il s’agit ici de dépasser la fameuse peur du conflit et de sortir du non-dit pour affirmer qui nous sommes. Oser être différent de l’autre, sans peur d’être rejeté ou désapprouvé. C’est une étape importante, elle montre que nous sommes matures relationnellement, que nous pouvons exister sans avoir toujours l’approbation des autres.

3ème étape : Utiliser des outils de communication

Enfin, pour que cela fonctionne, c’est-à-dire pour préserver la relation et ne pas entrer en guerre, il sera très important de savoir communiquer, c’est-à-dire de pouvoir se dire sans être dans le réactionnel : apprendre à dire « je », à ne pas accuser, dévaloriser, critiquer l’autre…

Alors nous aurons une chance de faire du conflit une formidable opportunité de croissance personnelle et relationnelle !

Vous trouverez dans mon blog plein d’outils pour vous aider en ce sens à communiquer avec bienveillance.

Pour vous simplifier la tâche, j’ai créé un atelier en ligne pour vous apprendre à résoudre vos conflits.

Il s’agit d’une méthode simple, accessible à chacun, pour recconnaître ses conflits, oser s’affirmer et résoudre ses conflits sans violence.

Je vous propose de la découvrir ici :

http://www.lescheminsdelarelation.com/atelier-a-faire-chez-soi-apprendre-a-resoudre-les-conflits/

Cet atelier demande 15 minutes par jour de travail pendant un mois environ. Après cela, vous aurez une meilleure compréhension de vous-même, vous saurez mieux vous affirmer et vous disposerez d’outils pour résoudre vos conflits.

Je suis à votre disposition pour en discuter avec vous.


Comments are closed

Pourquoi avons-nous si peur des conflits ?

Anaïs EUVERTE post on juillet 23rd, 2019
Posted in La communication relationnelle Tags: , ,

Dans mon  précédent article, je vous ai parlé des non-dits et de leurs conséquences néfastes sur nos relations.

Les non-dits polluent les relations, alors que les conflits peuvent les nettoyer, à condition que ces derniers soient traités sur un mode relationnel.

Par rapport à la notion de conflit, beaucoup de personnes sont en difficulté. Elles préfèrent taire leur position ou leur désaccord, plutôt que de risquer de se confronter à l’autre. Cela crée des tensions, des non-dits…en fait, il y a alors un conflit larvé qui ne peut être résolu tant qu’il n’est pas ouvert.

Vous avez déjà certainement vécu l’expérience de conflits vécus sur un mode agressif ou débouchant sur une rupture de la relation…

Notre peur du conflit nous parle souvent de notre peur d’abîmer la relation. Et plus la relation est importante, intime, plus nous pouvons craindre de la blesser.

Lorsqu’on ne sait pas communiquer, le conflit est effectivement une situation à risque qui peut nous amener à :

  • faire des reproches à l’autre
  • bouder
  • arrêter la relation
  • dire des choses qu’on ne pense pas vraiment sous le coup de la colère
  • prendre des décisions extrêmes qu’on regrette ensuite
  • nous isoler des autres…

Bref, les conflits peuvent nous mettre dans le réactionnel.

Pas étonnant que nous  les fuyions  !

Alors comment vivre des conflits relationnels ? Comment faire en sorte que les conflits nous fassent grandir et améliorent la relation plutôt que de la dégrader?

En tous les cas, sachez qu’il est possible de préserver une relation, même en cas de conflit !

Je vous partage très prochainement mes conseils pour mieux vivre ses conflits.

Comments are closed

Le non-dit, ce poison de la communication

Anaïs EUVERTE post on juillet 22nd, 2019
Posted in La communication relationnelle Tags: , ,

ConflitUn des plus grands poisons de la communication est le non-dit.

Quand je parle du non-dit, je ne parle pas des choses que nous choisissons de taire par pudeur ou par respect de notre intimité. Cela bien sûr nous appartient et nous pouvons en toute liberté garder notre jardin secret, il s’agit en l’occurrence d’un choix.

Avec le non-dit, je parle plutôt des choses que nous taisons parce que nous n’osons pas les dire. C’est souvent la peur du conflit qui nous conduit à ne pas faire telle remarque, à ne pas dire que nous avons mal vécu une situation, une parole.

Il s’est donc passé quelque chose avec une personne et nous n’arrivons pas à lui dire. La communication est bloquée d’une certaine façon.

Et un jour, ce qui n’a pas été dit sera exprimé, d’une façon ou d’une autre. Soyez-en sûr, une occasion se présentera et le non-dit ressortira, et de façon généralement plus réactionnelle.

Par exemple, dans un couple, une femme vit mal que son partenaire n’ait pas pensé à lui offrir des fleurs à la St Valentin. Au lieu de lui dire, elle garde cela en elle et ne lui parle pas de sa frustration. Plusieurs jours plus tard, sur un tout autre de sujet, alors que son partenaire lui dit qu’il rentrera plus tard un soir, elle se met en colère et lui reproche de ne jamais penser à elle ! Ces deux situations cumulées ont conduit cette femme à réagir de façon exagérée.

Si elle avait osé dire sa frustration, sa déception au moment où elle la vivait, les choses auraient sans doute pris une autre tournure.

C’est pourquoi, même si cela est difficile, il vaut mieux dire les choses au fur et à mesure qu’on les traverse. A mon cabinet, je reçois des couples qui se reprochent parfois des choses qui datent de plusieurs années. Certes, il n’est jamais trop tard pour remettre de la parole, mais plus on attend, plus il y a de la rancœur, de l’amertume qui vont abîmer la relation.

Un jour, j’évoquais justement cela dans une classe de collégiens, et l’un d’eux m’a répondu : « oui mais si on dit les choses, alors on va se disputer? ».

Oui, c’est vrai, peut-être que l’on va se disputer, lui ai-je répondu. Et c’est plutôt sain de se disputer. On n’est pas obligé de s’insulter et de se déchirer pour cela 😉 Quand on ose se positionner, sortir du non-dit, on peut passer d’un conflit larvé à un conflit ouvert. On peut se dire les choses et résoudre le conflit.

Je vous en parle plus longuement très prochainement !

La dépendance affective

Anaïs EUVERTE post on mai 30th, 2019
Posted in Uncategorized
Comments are closed

Journée de la non-violence éducative

Anaïs EUVERTE post on avril 30th, 2019
Posted in Uncategorized

Mardi 30 avril, c’est la journée de la non-violence éducative. Une journée pendant laquelle nous sommes tous invités à réfléchir à des moyens non-violents d’éduquer nos enfants.

Il existe des moyens autres que la violence pour être en relation avec nos enfants, mais nous ne savons pas toujours comment faire autrement…

Alors, afin de contribuer à cette journée, je vous propose de découvrir la Méthode ESPERE dans la relation parent-enfant à travers quelques repères.

Voici la vidéo :

Je vous invite à me laisser si vous le souhaitez un commentaire ou à me poser des questions.

A bientôt !

Comments are closed

3 étapes pour mieux vivre avec ses émotions

Anaïs EUVERTE post on avril 17th, 2019
Posted in Uncategorized


Dans les formations et les ateliers que j’anime sur le thème des émotions, je suis toujours surprise par l’intolérance émotionnelle , mais aussi par cette tendance à rejeter la responsabilité de ses propres émotions sur les autres :

« il m’a mis en colère »

« elle m’énerve »

« son comportement me rend triste »…

Tant que nous accusons les autres, nous faisons l’économie du changement personnel.

Non, les autres ne sont pas responsables de ce que nous ressentons, même si leur comportement ou leurs paroles peuvent parfois nous servir de déclencheur.

Mieux vivre avec ses émotions nécessite de prendre conscience de cela : nous sommes seuls responsables de ce que nous ressentons.

Il est donc urgent si nous voulons que les choses s’améliorent, que nous tentions de comprendre ce qui se passe en nous.

Pour faire ce cheminement, je vous propose 3 étapes à suivre.

1) Mieux connaître ses émotions

Il s’agir d’abord de partir à la découverte de de ce que vous ressentez : apprendre à écouter ces émotions qui vous traversent, découvrir cette richesse intérieure (si, si!).

Pour cela il est utile de se rappeler que les émotions sont naturelles et ont chacune une fonction. Être à leur écoute va vous permettre de mieux vivre votre vie, d’être attentif à ce qui est bon pour vous et à ce qui ne l’est pas.

2) Mieux comprendre ses émotions

La 2ème étape consiste à comprendre pourquoi vous êtes parfois si touchés : pourquoi ressentez-vous des émotions parfois disproportionnées par rapport à l’événement ? Il sera nécessaire de vous interroger pour cela sur votre histoire personnelle.

Ensuite, il s’agira d’apprendre à ne plus rejeter la responsabilité sur les autres : développer sa conscience pour ne plus réagir face à l’autre, ne plus être dans un réactionnel qui abîme les relations.

3) Apprivoiser ses émotions

Enfin, pour mieux vivre ses émotions, il est important d’avoir à sa disposition des moyens simples d’apaisement en cas de crise émotionnelle : avoir un ou plusieurs outils pour retrouver une sérénité émotionnelle.

Vous pouvez glaner au fil des lectures et sur le net beaucoup d’informations qui vous permettront de faire ce cheminement en 3 étapes.

Pour vous simplifier le travail, j’ai créé un atelier pratique « Mieux vivre avec ses émotions » où je vous ferai suivre ce cheminement pas à pas.

Il s’agit d’une méthode simple, accessible à chacun, pour connaître ses émotions, les comprendre et les apaiser.

Je vous propose de la découvrir ci-dessous :

Cet atelier demande 15 minutes par jour de travail pendant une dizaine de jours. Après cela, vous aurez une bonne compréhension de vos mécanismes émotionnels et disposerez d’outils pour apaiser vos émotions.

Je suis à votre disposition pour en discuter avec vous.