Un mot à éviter pour avoir de bonnes relations avec les autres

Anaïs EUVERTE écrit le 8 novembre 2015
Publié dans Apprendre à communiquer Tags:communication

Je vous propose de découvrir un article d’Agnès Emma, du blog : www.l-architecte-du-couple-durable.com .

Son blog est consacré à la relation de couple et je vous invite à le consulter.

Il y a des mots qui nuisent à la qualité de nos relations. Découvrez l’impact du verbe « essayer » sur nos proches. Après cette lecture, je parie que le verbe « essayer » ne fera plus partie de votre vocabulaire !

Soyez un(e) conjoint(e) ou un(e) ami(e) ou d’exception

Je vous propose cet article suite à ma lecture de Il est si difficile de t’aimer. Les auteurs sont Bill Klatte , psychothérapeute, et Kate Thompson, coach de vie.

Une relation conjugale ou amicale de qualité. N’est-ce pas ce qui rend heureux ? Nous avons tous l’ambition d’avoir des relations harmonieuses, qu’il s’agisse d’amour ou d’amitié. Sauf que nous nous exprimons avec maladresse. Souvent, un mot suffit pour jeter un froid.

Comment faire en sorte de préserver nos relations ? Comment garder notre femme et notre mari ? La réponse est simple.

Faites-vous aimer par votre partenaire !

Non. Il ne s’agit pas de changer pour votre conjoint(e). Il s’agit simplement de bannir un mot qui frustre votre partenaire.

Bannissez le verbe essayer et dotez-vous de qualités hautement recherchées :

  • Soyez digne de confiance.
  • Soyez quelqu’un qui se responsabilise.
  • Soyez quelqu’un qui fait preuve de tact.

Ouaw… je supprime le verbe bannir et je deviens aussi cool? Oui!

Découvrez en quoi le verbe essayer fait du mal aux oreilles de chéri(e).

1) « Essayer » suscite un manque de confiance.

Vous employez le verbe essayer? Votre conjoint(e) comprend que vous n’êtes pas fiables.

Imaginez. On vous dit : « peux-tu passer le balai cet après-midi, s’il te plait? ». Vous dites « Je vais essayer ». Chéri(e) s’exaspère en silence : Tu m’étonnes, je parie 100 euros que rien ne sera fait à mon retour.

Pourquoi cette réaction? En employant le verbe essayer, chéri(e) comprend que sa demande ne fait pas partie de nos priorités. En fait, vous ne planifiez pas passer le balai. Pour votre conjoint, vous négligez sa demande. Forcément, vous oublierez de lui rendre service.

Elle vous demande de passer récupérer votre fille à la sortie de l’école. Vous répondez « je vais essayer ». Une heure avant la fermeture de l’école. Madame stresse. Parce qu’elle ne vous fait pas confiance. Elle décide de récupérer votre fille elle-même.

Finalement, le véhicule de madame stationne près du vôtre devant l’école. Elle vous fait coucou. Vous « mais, tu m’as demandé de venir chercher Julie ». Elle « Je n’étais pas sûre que tu aurais pu ».

Expérience drôlement ridicule n’est-ce pas?

Peut-on compter sur vous, oui ou non? Dites « je vais le faire » et non pas « je vais essayer » pour susciter la confiance chez votre conjoint(e).  Évitez à l’autre le stress associé au manque de confiance. Si vous ne pouvez pas, votre réponse est recevable.

Vous utilisez le verbe pouvoir? Votre conjoint(e) comprend plus ou moins sereinement votre indisponibilité. Dites que vous ne pouvez pas, votre partenaire l’appréciera. Chéri(e) s’organise autrement et sans rancune pour récupérer votre fille à l’école.

Osez la formule « je ne peux pas » et participez efficacement à l’organisation des tâches.

2) Chéri(e) frustré(e) par votre désinvolture

Lui: « Peux-tu faire quelques courses au supermarché? ». Elle: « Je vais essayer ».
Avouez qu’il y a un sous-entendu. En fait, votre conjoint(e) comprend. Je vais essayer. Si tu crois que je n’ai que ça à faire. 

Oui, ce n’est pas ce que vous voulez dire! Mais vous savez, votre conjoint(e) a peut-être eu une journée horrible au bureau. Frustré, on a tendance a facilement interpréter. Dites « je vais essayer » revient à stimuler la nervosité de votre partenaire!

Bref, devant un conjoint(e) à fleur de peau, on évite de dire « je vais essayer ». Au contraire, on considère l’importance de son besoin. On répond le plus efficacement possible. L’objectif est de prévenir les tensions dans le couple. Ne laissez pas de place à l’interprétation.

Remplacez « je vais essayer » par « je vais le faire » ou « je ne peux pas le faire ».

 3) « Essayer » pour se déresponsabiliser.

À la recherche d’excuses pour nos manquements à nos promesses

Dès que vous prononcez « j’ai essayé », votre conjoint(e) tend l’oreille et fronce les sourcils. Qu’allez-vous trouver comme excuse cette fois ?

On utilise « j’ai essayé » quand on veut susciter l’empathie et la clémence chez l’autre. Portez attention. Dans 99% des situations, une excuse accompagne notre « j’ai essayé ». Souvent, on place notre excuse à l’aide d’un mais.

« J’ai essayé de tout ranger, MAIS bébé était demandant ». Hum, vraiment ? C’est la faute à bébé maintenant ? Oui, votre enfant peut être très capricieux. Reste que notre conjoint(e) peut s’exaspérer de notre comportement puéril. Et si on assumait pour une fois ?

Vous n’avez pas rangé. Vous avez choisi de ne pas le faire. Vous avez jugé mieux de faire autre chose. Vous deviez ranger. Bébé pleurait. Vous avez jugé préférable de rassurer bébé et de jouer avec lui. Assumez vos décisions. Vous n’êtes pas de ceux qui laissent bébé pleurer. Affirmez-le. Osez affirmer ce que vous êtes. Chéri(e) est séduit quand nous nous affirmons.

« Essayer » pour rendre l’autre responsable de nos échecs

« J’ai essayé de travailler, mais tu étais là et je n’ai pas pu me concentrer. » Personne n’est responsable de ce qui vous arrive. Vous auriez pu quitter le salon pour poursuivre dans votre bureau. Vous auriez pu décider de poursuivre vos travaux à la bibliothèque.

Vous auriez pu demander de baisser le son de la sono. Bref, il est facile d’accuser les autres pour nos manques à nos responsabilités. Sauf, que ce n’est pas faire preuve de maturité.

Pour rendre l’autre responsable de nos réactions

 « J’essaye de rester calme, mais tu es insupportable ». Chéri(e) rétorque en silence : mais oui, c’est de ma faute si tu es hystérique…

Nos réactions n’appartiennent qu’à nous. NOUS sommes calmes. NOUS nous mettons en colère. NOUS pleurons. Nous avons du mal à gérer nos émotions. Soyons grands. Reconnaissons-le. Assumons-le… Nous devons mettre en place des mesures pour maîtriser nos émotions. Vous êtes responsables de vos actes. Vous décidez d’agir de telle ou telle sorte. Assumez-le.

Finalement,

Oui, il se peut que vous êtes dans l’incapacité de récupérer votre fille. Il se peut que vous n’ayez pas pu faire telle ou telle chose. Dans ce cas, dites que vous ne POUVEZ pas. Dites que vous n’avez pas pu. N’exaspérez pas votre conjoint(e) avec un « je vais essayer » ou un « j’ai essayé, mais ».

Optez pour la formule « je ne peux pas » ou « je n’ai pas pu ».

  • Soyez clairs sur vos intentions. Vous inspirerez la confiance.
  • Assumez vos actes. Votre maturité sera appréciée.
  • Assumez vos décisions. Vous serez admirés et respectés.

Alors. Allez-vous bannir le verbe essayer?

A très bientôt pour d’autres astuces de communication 😉

Agnès

10 responses .

  1. Vanessa Stasse dit :

    Une de mes premières passions était l’ethnolinguistique, et cet article ravive ma flamme pour cette idée que nos « visions du monde » sont inscrites dans la langue. Je suis une Québécoise de parents belges qui vit aux États-Unis. On n’utilise pas le verbe « essayer » comme un euphémisme en anglais. Puis je me suis rendue compte que c’était fort européen comme expression, parce que c’est une expression qu’on n’offre pas souvent.

    Cela dit, l’esprit de ce conseil demeure: il existe, en toutes langues, des expressions pour éviter de s’impliquer, de s’engager à faire quelque chose. Je me rends compte que simplement dans ma tête, je me laisse des portes de sortie. Oui, se positionner est un grand cadeau à faire à nos proches, pour qu’à leur tour, ils puissent prendre les mesures nécessaires pour s’occuper de leur besoin (s’ils avaient compté sur votre collaboration pour le satisfaire).

    • Agnès Emma dit :

      Bonjour Vanessa,
      merci pour ton commentaire.
      C’est intéressant ce que tu dis. Donc, si j’ai bien compris, aux ÉU, on n’utilise pas vraiment le verbe essayer? Peut-être que les français sont plus paresseux? Moins confiants que les gens aux États-Unis? Je dis ça avec légèreté bien sûr. Mais, qui sait, peut-être? Toi qui es sur place, tu as sûrement un avis ;).

      Merci pour ta participation Vanessa!
      Agnès

  2. legras annie dit :

    oui « je vais essayer » est tout simplement un positionnement qui n’est pas clair, la personne n’indique pas si elle va faire ou non, et laisse planer un doute, surtout si l’autre l’autorise en le laissant s’installer, en ne demandant pas de précisions…….c’est une belle démonstration, très convaincante.

    • Agnès Emma dit :

      Bonjour Annie,
      merci pour ton retour positif
      belle réflexion… Supposons que notre partenaire nous dit qu’il va essayer. On peut l’inviter à faire un choix. On peut lui expliquer qu’on a besoin d’une réponse fiable pour être en mesure de s’organiser. Ton commentaire est très pertinent. J’aurais bien rajouté ceci à l’article.
      Merci beaucoup Annie!

      Agnès

  3. MARYSE BOUESNARD dit :

    Ce qui est à déplorer je trouve et considère comme un signe que la relation n’intéresse pas ou plus la personne : penser ou dire ce terme « essayer » indique qu’il n’y a pas de réelle relation sincère… l’on est avec quelqu’un pour ne pas être seul/e mais sans intérêt ni joie particulière…
    Il me semble que ce n’est pas cette expression qui est à bannir mais repenser ou rompre cette relation insatisfaisante mais très courante en fait pour beaucoup dans une époque où la survie matérielle passe avant le respect ou/et l’amour….

  4. Agnès Emma dit :

    Bonjour Maryse,
    Ton commentaire me fait réfléchir…
    Oui, tu as raison, dire « je vais essayer » n’indique pas que la relation n’est pas sincère.
    Mais, cette formulation peut exprimer un manque de dynamisme. Cela peut révéler que le partenaire n’est pas épanoui dans la relation. Je te rejoins sur le point que nous sommes souvent ensemble pour le confort matériel.

    Agnès

  5. Emma dit :

    @Agnès Emma : Je pense également que ce point est culturel, aux USA comme au Japon on n’essait pas on réussi ou on échou. C’est la culture de la gagne. On fait ou on ne fait pas, en France une personne qui prend des initiatives est souvent décriée, par ses collègues de travail et même parfois par sa héarchie.
    Les choses changent mais c’est malgrè tout une culture.

  6. nadina dit :

    oui, ce texte est véridique, j’ai un manque de confiance flagrant et cela est lassant, je n’ai pas brisé la confiance en 1journee, je m’en rend compte auj, c’est l’accumulation de mes actes et phrases construites non confiantes comme je vais essayer, oui j’ai essayer mais, je dit toujours ça, je vais bannir ces mots de mon vocabulaire, je crois que je souffre plus que mon conjoint dans cette situation et c’est moi la fautive. je dois l’assumer, je vais massumer et non essayer!!!! vraiment formidable ce blog, ça ma ouvert en un déclic, je vais travailler davantage sur moi et mon couple, je n’ai pas sauté. la.clôture, mais j’ai eue une relaron SMS, et un petit beco que j’ai repoussé par respect et amour pour mon mari, des le lendemain de cela, jai tout crache, je nai jamais rien cache a mon epoux et je.me sentait pas digne quil me dise je taime avec ses cachetteries. J’ai trahis sa confiance! je lui est demander si il apprécie savoir, et il ma dit jaurais pas apprécier ne PS savoir!!! il mepate!!! je vais arrêter de mettre en doute ce qu’il me dit, car je croit maintenant comme il me dit tjrs, que quand il parle, rien n’est bidon, c’est sincère!!! je t’aime mon amour! J’aurais aimer m’ouvrir.les yeux.avec autre chose ,mais je me dit que ça l’aurait pu être pire, quelqu’un veille sur NS la haut! merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.