Découvrez l’écharpe relationnelle, un outil essentiel de la Méthode ESPERE® 

L'écharpe relationnelle

L’écharpe relationnelle

L’écharpe relationnelle est un outil de la Méthode ESPERE® de Jacques Salomé, qui permet de prendre conscience de notre responsabilité dans nos relations et nous aide ainsi à mieux nous positionner.

En effet, lorsque nous sommes en relation avec quelqu’un, nous ne voyons pas la relation qu’il y a entre nous et pourtant elle existe.

Par exemple, nous avons une relation avec notre conjoint(e), celle-ci existe bien, même si elle est invisible, et elle est différente de celle que nous avons avec nos enfants, avec notre chef etc… Chaque relation est unique.

Utiliser l’écharpe relationnelle va nous permettre de montrer le lien qu’il y a entre nous et de voir qu’il existe, indépendamment des personnes qu’il relie.

Ainsi nous sommes toujours trois dans une relation : moi, l’autre et la relation.

L’écharpe relationnelle nous permet de voir que chacun tient un bout, une extrémité de cette relation.

Chacun est responsable de son bout : je suis responsable de ce que je dis, ce que je fais, ce que je ressens… et l’autre est responsable de la même façon de ses paroles, de ses actes, de ses ressentis…

Avoir recours à l’écharpe relationnelle nous permet de nous responsabiliser : nous sommes responsables à 50 % de nos relations, ni plus ni moins.

Lorsque nous restons bien à notre bout de la relation, la communication est plus fluide, plus authentique, nous parlons de nous à l’autre, nous utilisons au maximum le « je ».

Les difficultés arrivent quand nous nous mettons au bout de l’autre, à sa place. Cela se manifeste de la façon suivante : nous pensons pour l’autre, à sa place, et nous parlons sur lui « tu devrais faire ceci, tu n’es jamais à l’heure, tu n’as pas fait attention… ». Lorsque nous faisons cela, nous lâchons en quelque sorte notre bout d’écharpe et nous venons prendre celui de l’autre personne. Au lieu de dire ce que nous ressentons et ce que nous voulons, nous parlons sur l’autre. C’est pourquoi l’autre personne peut se sentir étouffée, dépossédée de son vécu, infantilisée… c’est comme si elle n’était pas capable de gérer seule son bout de la relation !

Or c’est ce mode de communication que nous pratiquons bien souvent : le positionnement et la responsabilisation ne coulent pas de source, nous avons parfois subi la parole d’un autre sur nous : parents, professeurs… et retrouver sa propre parole n’est pas évident en soi.

Le principe de la visualisation, développé par Jacques Salomé,  notamment avec l’écharpe, consiste justement à changer nos habitudes relationnelles. Les mots ne sont pas toujours suffisants, en matière de communication et le recours à la visualisation s’avère très utile pour conscientiser et mettre en pratique une communication plus responsable.

C’est pourquoi je vous invite à utiliser l’écharpe relationnelle pour mieux vous positionner dans vos relations, en gardant à l’esprit que vous n’êtes responsables que de votre extrémité de la relation.

Je vous propose de mettre en pratique concrètement cet outil, c’est facile : prenez une écharpe ou un foulard et osez la tendre à quelqu’un, surtout si la relation est proche et si la communication est difficile. Cela vous permettra de vous positionner à votre bout de la relation, et de laisser l’autre prendre sa place.

Voici un exemple d’application concrète : si je suis énervée par le comportement de quelqu’un, je peux utiliser l’écharpe relationnelle pour dire ce que je ressens à mon bout de la relation par rapport à ce comportement. Cela permettra de conscientiser que ce n’est pas l’autre qui m’énerve mais moi qui suis énervée par rapport à son acte 😉 Avec l’écharpe, je vois bien que je suis responsable de ce que je ressens et de ce que je fais de mon énervement : l’autre est responsable de son comportement, pas de mon ressenti. Je vais ainsi pouvoir parler à mon bout : dire « je suis énervée » plutôt que « tu m’énerves », dire mes attentes plutôt que des reproches…

Je vous invite d’ailleurs à consulter ici un précédent article que j’ai rédigé sur les différentes façons de mieux communiquer

L’écharpe relationnelle vous permettra, je l’espère, de vous responsabiliser et d’améliorer la qualité de vos relations.

Si vous avez des questions, des expériences à partager, je vous invite à le faire dans les commentaires!

11 responses .

  1. cathy dit :

    Bonsoir Anaïs

    Cet exercice, j’aimerais le tester dans un atelier enfants…y a-t-il des recommandations spécifiques dans ce cas pour bien transmettre le message aux plus jeunes?

    Merci

    Cathy

    • Anaïs dit :

      Bonjour Cathy,

      Il est tout à fait possible de montrer l’écharpe relationnelle aux enfants, généralement ils comprennent très bien. L’idéal, avec les enfants comme avec les adultes, c’est de partir d’une situation concrète de leur quotidien.

      Je suis preneuse de ton retour d’expérience, je t’invite à nous en faire part, quand tu auras expérimenté 😉

      Bien à toi,

      Anaïs

  2. patrick LE BRETON dit :

    Il n est pas très pratique de se promener avec son écharpe relationnelle ou avec son bâton de parole. Ne peux t on pas faire sans montrer ces outils ?

    • Anaïs dit :

      Bonjour Patrick,

      L’écharpe relationnelle a surtout pour fonction la prise de conscience de notre part de responsabilité dans nos relations. Je dirais qu’une fois que nous avons pris conscience, nous avons en quelque sorte l’écharpe « dans la tête ». Je vous invite toutefois à sortir votre écharpe, chaque fois qu’une situation relationnelle vous semble difficile, que les échanges sont houleux… Cela permettra de mettre entre vous et la personne la juste distance à travers la relation.
      Quant au bâton de parole, je vous invite à l’utiliser, notamment à la table familiale ou en réunion. Vous n’êtes pas obligé de vous promener avec, il suffit de prendre une cuiller si vous êtes à tables, un crayon si vous êtes en réunion…
      Sans montrer cet outil, même si vous énoncez des règles, il y a peu de chances pour qu’elles soient respectées. D’où l’intérêt de la visualisation 😉

      • patrick dit :

        cela suppose que l’autre partage également cette façon de fonctionner . Ce n’est pas souvent le cas.

        • Anaïs dit :

          Patrick,

          oui, pour toi, cela suppose que l’autre partage également cette façon de fonctionner.
          J’ai un point de vue différent : je peux témoigner qu’il est tout à fait possible d’utiliser les outils de la Méthode ESPERE®, même avec des personnes qui ne partagent pas cette façon de communiquer.
          C’est le principe de la responsabilisation : je fais pour moi à mon bout de la relation, et cela va permettre de transformer la qualité de cette relation.

          Pour tous ceux qui osent le faire et mettre en pratique, il y a souvent de belles expériences à vivre. Je peux me souvenir de la première fois où j’ai utilisé l’écharpe avec mon compagnon, c’était une expérience atypique! Oui dans un premier temps, je peux avoir l’air d’une extra-terrestre quand je sors mon écharpe. Après tout, ce n’est pas si erroné. Ne souhaitant plus appartenir à la planète TAIRE, je suis un petit peu extra-terrestre 😉
          Mais aujourd’hui mon entourage est habitué et s’intéresse à ce que je propose, beaucoup de personnes me demandent des conseils…je vois bien le chemin parcouru.

          L’essentiel est d’oser ! Je t’invite et j’invite chacun de vous à oser mettre en pratique tel ou tel outil, telle ou telle règle d’hygiène relationnelle, même si ce n’est pas parfait, même si ce n’est pas systématique…juste pour voir ce que ça fait !

          • patrick dit :

            Je suis tenté d’essayer plutôt avec le bâton de parole avec ma femme et ma fille pendant un repas . Peux tu me rappeler les principes de base pour le bâton de parole . Je pense à :
            1 ) outil pour donner ou prendre la parole ( se partager la parole )
            2 ) la personne qui parles s’exprime de préférence sur son ressenti.
            est ce bien cela ?
            il faut que j’en parle aux autres participants du repas

          • Anaïs dit :

            J’ai fait un nouvel article pour répondre à ta question 😉 J’espère que tu nous feras un retour si tu expérimentes!

  3. marie-christine garnier dit :

    La visualisation est un outil très fort pour la prise de conscience. Elle nous permet de nous décentrer de la situation pour mieux la voir, dans tous ses aspects, les nôtres mais aussi ceux de l’autre. Utiliser l’écharpe relationnelle ou le bâton de parole sont des petits riens qui peuvent beaucoup !

    • Anaïs dit :

      Oui, je te rejoins complètement Marie-Christine ! Merci pour ton témoignage d’Espérienne 🙂 et ça me fait très plaisir de te retrouver sur mon blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.