Tag Archive: émotions

Mieux communiquer en sortant du réactionnel (1ère partie)

Dans cet article, je vous propose de découvrir la notion de réactionnel, afin de repérer ce phénomène dans votre vie, et de pouvoir en sortir.

Qu’est-ce que le réactionnel ?

Le réactionnel peut être défini comme l’ensemble des comportements que nous avons lorsque nous sommes touchés émotionnellement et que nous n’écoutons pas ce ressenti. Nous sommes alors dans la répression de notre vécu intime, et dans la réaction. Cela est fréquemment le cas car nous sommes avons souvent été éduqués dans l’idée que les émotions sont une marque de faiblesse et que de toute façon il ne faut pas trop s’écouter mais plutôt faire plaisir aux adultes qui nous entourent.

Voilà pourquoi beaucoup de personnes ont le réflexe de ne pas écouter leurs émotions et sont vraiment en difficulté avec cette partie d’elles-mêmes. Cependant, les émotions ne se laissent pas refouler ainsi à la frontière de nous-mêmes 😉 elle vont réussir à « parler » quand même, à s’exprimer d’une façon qui sera souvent beaucoup plus violente…au détriment de la qualité des relations que nous entretenons, avec nous-même et avec autrui.

Comment se manifeste le réactionnel ?

Le réactionnel a de multiples visages. Il peut se manifester par :

– des comportements du type : énervement, agacement, bouderie, manifestations de colère, accusations de l’autre, prise à partie, agressivité voire violence… Dans ce cas, l’absence de reconnaissance des émotions qui nous traversent aboutit à faire porter à l’autre la responsabilité de ce qui nous habite.

Exemple : dire à l’autre « tu m’énerves ! « 

– des manifestations physiques : rougeurs, pâleurs, tremblements, sueurs froides…

Ces manifestations peuvent même être un peu spectaculaires : pertes de connaissance, évanouissements, coupures de la pensée, amnésie… Dans ce cas, il est possible que nous soyons vraiment coupés de nos émotions, à tel point que la seule manifestation possible passe par le corps.

L’inconvénient du réactionnel, c’est qu’il ne permet pas de communiquer sainement, il peut générer des conflits et des incompréhensions. Notre réaction peut dépasser complètement ce que nous aurions voulu. C’est pourquoi l’enjeu de la communication est de passer du réactionnel au relationnel.

Passer du réactionnel au relationnel

Si nous écoutions nos émotions, alors nous pourrions dire ce que nous ressentons vraiment sans accuser l’autre, sans nous accuser non plus… Nous pourrions simplement dire : je suis triste, je suis en colère, je suis joyeux, j’ai peur… sans jugement négatif par ailleurs. Nous serions alors dans l’acceptation.

C’est pourquoi la première étape d’une communication apaisée, relationnelle…est l’écoute de soi. Écouter pour accepter ce qui se passe en soi.

Écouter et entendre ce qui résonne à l’intérieur de soi…pour pouvoir en témoigner, en disant « je« .

La question à se poser, lorsque l’on est dans le réactionnel, afin de pouvoir en sortir, est : « Qu’est-ce qui est touché en moi? « . Et même si vous n’avez pas la réponse immédiatement, vous pouvez laisser cheminer en vous ce questionnement. Ce sera déjà une étape importante de franchie… qui permet de se recentrer au lieu de jeter sa réaction sur l’autre.

Car l’émotion est un langage à décoder. Je vous en parlerai davantage dans le prochain article 😉

 

 

Accepter ses émotions au travail

Au travail, plus qu’ailleurs, nous sommes souvent dans des attitudes de protection qui consistent à cacher nos émotions ou à les réprimer.

Il y a parfois un discours selon lequel l’individu dans le cadre de son travail se devrait de mettre de côté ses affects et sa vie personnelle… comme si nous étions deux personnes différentes, dans notre vie personnelle et dans notre vie professionnelle.

Il est vrai que les émotions n’ont pas bonne presse dans notre société en règle générale. Face à une personne émue, nous pouvons nous sentir désarmés, mal à l’aise, touchés nous aussi à notre tour ;). Et que faire de tout cela au travail?

Il existe aussi une croyance assez répandue selon laquelle lorsque nous exprimons nos émotions, nous montrons notre faiblesse. C’est vrai que parfois sommes plus vulnérables quand nous sommes émus… mais ce n’est pas le fait de cacher ou pas ce que nous ressentons qui rend fort ou vulnérable. Au contraire une personne qui accepte ses émotions peut plus facilement les gérer.

Les émotions sont ce qui est vivant en nous, elle viennent de notre être profond, elles disent quelque chose de vrai, d’authentique. Les nier revient à se bâillonner et cela peut avoir des répercussions importantes sur notre santé et nos relations. Car, vous le savez comme moi, ce n’est pas parce que l’on cache quelque chose qu’il n’existe plus 😉

Je vous propose de prendre un exemple. Edwige, salariée d’une entreprise, vit mal l’arrivée de la nouvelle stagiaire qui va s’occuper d’un dossier traité habituellement par Edwige. Cette décision a en effet été prise sans la consulter. Si Edwige n’accepte pas son émotion de colère face à cette situation, elle va peut-être la garder enfouie en elle puis la retourner inconsciemment contre la nouvelle stagiaire… qu’elle ne pourra pas supporter.

A l’inverse, si Edwige acceptait son émotion de colère, elle pourrait aller voir son chef, lui faire part de ce qu’elle ressent, de son incompréhension, demander des explications, voire même demander à conserver ce dossier si tel était son désir. Quelle que soit l’issue de la situation, en ouvrant ce dialogue et en acceptant de dire comment elle vit les choses, Edwige évitera que reste enkystée en elle cette colère et elle sortira du non-dit. En exprimant nos émotions, nous pouvons désamorcer un possible conflit ou au contraire mettre en paroles un conflit latent… ce qui est toujours bénéfique !

Je vous invite donc à exprimer vos émotions, chaque fois que cela est nécessaire, y compris au travail. Il ne s’agit pas de s’épancher complètement, simplement de pouvoir dire : « je suis en colère », « je suis triste », « je suis gêné »… afin de vivre des relations plus authentiques, y compris au travail 🙂

Je vous souhaite un très bon week-end !

PS : si cette thématique vous intéresse, j’organise un atelier sur les relations professionnelles le 23 novembre à Château-Thierry, vous pouvez cliquer ici pour avoir plus d’informations.

3 étapes pour transformer une situation

Anaïs EUVERTE post on juillet 8th, 2013
Posted in La relation à soi Tags:acceptation , changement , émotions

3 étapes pours transformer une situationFace à une situation difficile, comme une séparation, un échec, une maladie… voici un chemin qui peut être emprunté :

1) Accepter

C’est peut-être l’étape la plus délicate. Lorsque nous sommes confrontés à une épreuve, nous sommes parfois dans le déni de ce qui nous arrive ou alors dans la révolte… Cela est tout à fait compréhensible.

Pour traverser l’épreuve cependant, il s’agira d’accepter ce qui nous arrive. Accepter signifie accueillir et c’est cela qui pourra paraître insurmontable à beaucoup de personnes : comment accepter cet événement douloureux, comment l’accueillir alors que nous n’en voulons pas?

Paradoxalement l’acceptation peut être libératrice, elle est un lâcher-prise face à ce qui nous arrive. Elle ne signifie pas que nous sommes d’accord ou satisfaits avec cela, simplement nous disons en quelque sorte : « oui, c’est bien à moi que cela arrive, cet événement fait partie de ma vie ».

Accepter signifie prendre acte de ce qui se passe, ne plus s’en défendre ou s’en protéger, ne plus faire comme si cela n’existait pas ou ne nous affectait pas.

Cette première étape est essentielle pour grandir dans l’épreuve.

2) S’écouter

En acceptant ce qui nous arrive, nous allons accéder à nos émotions de façon authentique. Quels sont les ressentis qui nous habitent : peur, colère, tristesse, désespoir? Ces émotions auront besoin d’être entendues, exprimées peut-être à quelqu’un en capacité d’écouter.

Je vous invite à écouter vos ressentis face à ce qui vous arrive et à en prendre soin. Nous avons parfois tendance à nous dire : « je ne vais pas me laisser abattre, il ne faut pas que je sois triste… ». C’est l’idée qu’il faudrait être forts et ne pas vivre nos émotions, comme si celles-ci étaient synonymes de faiblesse.

Au contraire, les émotions sont la preuve que nous sommes en vie. Elles sont une vague éphémère : une émotion ne dure pas, elle ne fait que passer dans notre histoire.

Sachez être à l’écoute de vos émotions et peut-être entendrez-vous le langage dont elle sont porteuses. Car les émotions sont le langage de notre histoire, elles nous disent que quelque chose en nous a été réactivé, une blessure ancienne par exemple, au gré de l’événement vécu. Peut-être parviendrons-nous ainsi à faire le lien entre ce que nous vivons au présent et cette situation du passé et ainsi à faire un pas en direction de la réconciliation avec notre histoire.

3) La suite vous appartient

Que voulez-vous faire de cette situation et de ce qui vous arrive? Quel enseignement tirez-vous de cette épreuve?

Vous n’êtes pas forcément responsables de ce qui vous arrive, mais vous êtes responsables de ce que vous en faites.

Dans certains cas, peut-être pourrez vous changer la situation en elle-même. Par exemple, si vous avez un conflit avec quelqu’un peut-être pourrez-vous faire un pas vers cette personne et tenter de sortir du conflit.

Dans d’autres cas, la situation en elle-même ne pourra pas être changée : deuil, licenciement…

Pourtant, même dans ces situations, il nous reste encore une liberté : nous pouvons changer de regard sur ce qui nous arrive et en tirer une force pour rebondir.

Oui, il est possible de ne pas ajouter de malheur au malheur, il est possible de ne pas condamner sa vie suite à une épreuve.

Cette suite que vous choisirez de donner à ce qui vous arrive ne sera peut-être pas immédiate, peu importe. Le simple fait de savoir qu’il est possible de changer de regard sur les choses est extrêmement libérateur.

Je vous souhaite de toujours avoir en vous cette liberté de pouvoir changer de regard sur les événements.