Mieux communiquer en sortant du réactionnel (2ème partie)

Dans mon article précédent, je vous ai parlé du réactionnel et de ses différentes formes afin de vous permettre de le repérer et de trouver d’autres modes de communication, plus relationnels. Pour rappel, le réactionnel constitue l’ensemble des comportements que nous avons lorsque nous sommes émotionnellement touchés sans véritablement écouter et accepter notre ressenti. Les exemples les plus fréquents en sont la colère, l’énervement, l’agacement…

Je poursuis aujourd’hui avec le décodage de nos émotions. Afin de cesser d’être dans le réactionnel, il s’agit d’écouter nos émotions et de se demander ce que celles-ci ont à nous dire.

Que signifient nos émotions ?

C’est grâce à la Méthode ESPERE® de Jacques Salomé que j’ai appris une règle d’hygiène relationnelle essentielle : les émotions sont le langage du retentissement ou de la résonance.

Elles sont le signe qu’une partie de notre passé refait surface.

Le retentissement peut venir de deux choses :

une blessure ancienne qui est réveillée par le contexte présent : je parle des blessures de l’enfance dont Jacques Salomé nous dit qu’elles se mettent en place avant l’âge de 10 ans.
Ces blessures sont : l’impuissance, la trahison, l’injustice, l’humiliation, le rejet et l’abandon.
Chacun d’entre nous porte des blessures, plus ou moins importantes, mais surtout plus ou moins cicatrisées, en fonction de son parcours de vie et de ses possibilités de résilience.
Une blessure non cicatrisée est à vif et peut donc faire très mal si on y touche, tout comme une blessure physique.

Exemple : une personne qui a une blessure d’abandon mal cicatrisée peut voir celle-ci se réveiller à de multiples occasions : séparations, deuils, mais aussi de façon moins évidente face à des événements plus banals comme des retards de ses proches, des oublis…Chaque fois que cette personne sera confrontée à un événement qui la renverra à sa blessure d’abandon, elle sera émotionnellement touchée, remuée fortement.

une situation inachevée qui se réactive est un autre cas de retentissement. Il s’agit de toutes ces situations de notre vie qui sont restées en suspens et sur lesquelles nous n’avons pas pu mettre de mots : nous n’avons pas pu achever ces moments de notre vie.

Exemple : j’ai reçu une violence de la part d’une personne, je reste encore aujourd’hui dépositaire de cette violence, et j’en éprouve de la souffrance.
Cette situation va se réactiver à l’occasion d’un conflit par exemple et me faire éprouver une forte émotion.

Ainsi, chaque fois que vous ressentez une forte émotion, je vous invite à entendre que c’est le langage du retentissement et qu’une blessure ancienne ou une situation inachevée s’est réactivée.

Cela constitue déjà un pas important vers l’écoute de soi et la responsabilisation.

Dans un second temps, surtout si vous remarquez que vous êtes souvent dans le réactionnel et que cela vous pèse, il sera souhaitable d’aller un peu plus loin et de pouvoir entendre ce retentissement. Il est possible justement d’établir un lien, une reliance entre l’événement présent face auquel vous ressentez une forte émotion et le retentissement, cette partie de votre passé qui se réveille.

Établir des liens entre notre présent et notre histoire

La Méthode ESPERE® apporte une méthodologie très puissante pour faire ce lien et entendre quel événement de notre histoire s’est réactivé. Car il y a parfois un décalage, temporel et situationnel, très important entre cette blessure et le moment présent…
Par exemple, mon désarroi face à l’attitude distante de mon conjoint me renvoie peut-être à un abandon dans mon enfance. Vous pouvez le percevoir, l’analogie n’est pas forcément évidente 😉

C’est pourquoi, avec la Méthode ESPERE®, nous, les praticiens, utilisons en séance et en stage la visualisation. Nous proposons à la personne de choisir des objets (ou des personnes s’il s’agit d’un stage avec d’autres personnes) pour montrer la situation qui lui pose question. Lors de cette visualisation, nous l’invitons à prendre un objet qui représente le retentissement (sans savoir quelle est cette partie de son passé qui est réactivée), et à partir d’une association libre, de regarder si cet objet lui évoque une personne, une situation… C’est assez incroyable car c’est l’inconscient qui peut se manifester ainsi et bien souvent, cet exercice permet de faire des découvertes sur soi et de conscientiser enfin ses blessures.
Cela permet vraiment d’entendre (et de voir!) que ce qui se joue à travers une situation banale du présent parle en réalité de notre histoire. Ce qui reste ainsi non cicatrisé se manifeste à nouveau au présent.

Une fois que la prise de conscience est faite et que nous savons quelle situation, quelle blessure a été réveillée en nous, alors il est possible de s’en occuper enfin…

Mais c’est une autre histoire et je vous parlerai dans le prochain article des moyens que nous pouvons justement mettre en place pour guérir notre passé.

Si vous avez besoin d’éclaircissements par rapport à cet article, je vous invite à me laisser un commentaire, je répondrai volontiers 😉

2 responses .

  1. Dévi dit :

    Travailler sur ses blessures d’enfance pour tenter de guérir des souffrances du passé est une démarche que je perçois aujourd’hui comme primordiale.
    Pourriez vous m’indiquer s’il y a des ateliers, groupes de travail, où l’on irait regarder de plus près nos blessures et se donner les moyens de les panser.
    Merci de votre réponse

    • Bonjour Dévi,

      Je vous remercie pour votre commentaire.Concernant les ateliers ou groupes de travail, il existe ceux de la Méthode ESPERE où nous allons justement faire les reliances entre ce qui se joue au présent et les situations du passé. Nous travaillons également via les démarches symboliques pour panser ces blessures.
      Dans quelle région vous trouvez-vous?
      Personnellement, j’anime des ateliers et des stages à Château-Thierry dans l’Aisne, à 80 km de Paris. Pour les personnes qui sont loin, je propose des consultations par Skype. Voici mon site :
      http://www.lescheminsdelarelation.com

      Sinon, il existe des ateliers sur la Méthode ESPERE un peu partout, vous pouvez aller sur le site de l’Institut ESPERE pour en rechercher :
      http://www.institut-espere.com/

      Bien à vous,

      Anaïs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.