Monthly Archives:janvier 2014

Prendre soin de l’amour en nous

Anaïs EUVERTE post on janvier 27th, 2014
Posted in La relation à soi Tags:amour , deuil , séparation

Fleurs dans la forêt.Au cas où vous vivez un deuil ou une séparation

Le plus difficile quand quelqu’un meurt ou se sépare de nous, c’est de rester seul avec tout l’amour que nous avons encore pour cette personne et dont nous ne pouvons plus témoigner au quotidien…

Cet amour devient inemployé, ce qui fait que nous avons parfois tendance à l’oublier ou à le nier… croyant que notre blessure liée à la perte sera ainsi moins forte. C’est un peu comme si nous gâchions tout le positif que nous ressentions pour cette personne.

Or ce n’est pas parce que cette personne ne vit plus à vos côtés que vous n’avez plus de sentiment pour elle.

Alors que faire de tout cet amour ?

Il est possible de réaliser une démarche symbolique pour faire vivre ces sentiments présents en nous au moment d’un deuil ou d’une séparation.

Vous pourriez par exemple symboliser cet amour par un objet et en prendre soin , vous relier régulièrement à cet objet. Personnellement, je trouve que les plantes ou les arbres font de très beaux symboles d’amour. Prendre soin d’une plante ou d’un arbre que vous avez planté, l’arroser régulièrement, venir lui parler… en conscience, en réalisant qu’il s’agit de l’amour que vous avez pour cette personne.

L’intérêt d’une telle démarche, c’est de pouvoir reconnaître nos sentiments, de pouvoir mettre des mots dessus…et aussi de nous relier un peu à cet part de divin présente en chacun de nous.

Peut-être que cela vous paraîtra farfelu. Certaines personnes me disent qu’il vaut mieux oublier, que se souvenir d’une personne qui nous a quitté est trop douloureux… Faire cette démarche, c’est vrai, n’enlève rien à la tristesse ressentie et qui sera présente le temps nécessaire.

Ce geste symbolique permet seulement de faire une place au beau, de ne plus le brider et de se respecter.

La force du symbolique, c’est de créer cette paix à l’intérieur de nous, quelle que soit la nature des événements.

Je vous souhaite de prendre soin de vos sentiments, de les respecter et de leur accorder une place. Cela vous donnera une force inouïe.

Quelques balises pour une année relationnelle !

Anaïs EUVERTE post on janvier 20th, 2014
Posted in Les relations humaines Tags:communiquer , relation

Je vous livre quelques idées à piocher  pour passer une bonne année 2014 😉

1) S’autoriser à être imparfait… et autoriser les autres à l’être également 😉 !

Nous sommes nombreux à fonctionner avec des exigences de perfection. Cela peut parfois nous aider à nous améliorer mais c’est aussi une pression et surtout un but impossible à atteindre… Donc, je vous propose cette année de vous autoriser à l’imperfection et d’être vous-même simplement 🙂 Il ne s’agit pas de se complaire dans ses défauts, juste d’accepter ses failles, ses incohérences… avec le plus de bienveillance et d’humilité possible.

2) Donner une seconde chance à nos relations !

Être moins exigeant envers soi permet de l’être moins avec les autres également. Cela devrait nous inviter à donner une seconde chance aux autres et surtout aux relations que nous entretenons avec eux.

Il est souvent possible de dépasser un désaccord, de surmonter une crise. Je vous invite à expérimenter cela.

Souvenez-vous qu’une relation est vivante, elle rencontre des hauts et des bas, des difficultés et des moments heureux.

3) Nourrir nos relations

La relation étant un organisme vivant, elle a besoin d’être entretenue, nourrie… à défaut, elle risque de dépérir…

Comment faire? D’abord en consacrant du temps aux relations qui sont importantes pour nous.

Et plus que le temps passé ensemble, c’est la qualité de ces moments qui sera bien sûr la plus importante. La communication est un excellent moyen de vivre des relations de qualité.
Plus vos relations sont proches, plus il sera important de pouvoir partager de façon profonde et authentique. Pouvoir notamment dire ses ressentis, parler de son histoire personnelle… c’est-à-dire de ne pas se contenter de raconter des faits : s’impliquer davantage dans la communication.

4) Distinguer les relations

C’est-à-dire traiter ce qui concerne une relation dans cette relation, et pas ailleurs !

Par exemple, si j’ai une difficulté avec mon collègue, j’essaie de la traiter avec ce dernier… et de ne pas reporter ma frustration ou ma colère sur mon conjoint ou mes enfants !

5) Régler les conflits au fur et à mesure

Mieux vaut traiter les choses quand elles se présentent plutôt que les ressasser pendant des jours.

Si vous êtes mal à l’aise avec un comportement, en difficulté avec les propos d’une personne, s’il existe des tensions, je vous suggère de dire les choses au fur et à mesure, telles que vous les ressentez. Cela permettra de clarifier la relation et de ne pas laisser s’accumuler les non-dits.

Voilà mes quelques balises pour 2014 ! Si vous avez des commentaires ou des questions, vous pouvez me les écrire, j’y répondrai avec plaisir.

Vous pouvez aussi consulter mon article sur les 10 façons de mieux communiquer.

Bonne mise en pratique !

Si vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez vous abonner à mon blog (gratuitement) afin de recevoir régulièrement les nouveaux articles.

Choisir ses résolutions… et les tenir !

Anaïs EUVERTE post on janvier 13th, 2014
Posted in La relation à soi Tags:résolution

Le mois de janvier est traditionnellement celui des bonnes résolutions.

Je vous propose de vous appuyer sur cette coutume bien connue pour vous épanouir un peu plus cette année… et je vous livre dans cet article mon chemin en 3 étapes pour vous aider à tenir vos résolutions 🙂

Étape n°1 : Bien choisir ses résolutions

C’est l’étape la plus importante, qui conditionne la réussite de nos engagements.

Il existe de mauvaises « bonnes résolutions » : celles qui viennent des autres et non de nous-mêmes, celles que l’on s’inflige au lieu de les choisir avec joie, celles qui sont hors de notre portée, sans égard avec nos possibilités…

Vous avez certainement connu comme moi des résolutions vite envolées passé le mois de janvier. Cela peut être décourageant et démotivant.

L’échec de nombreuses « bonnes » résolutions vient du fait que nous ne prenons pas le temps de bien les choisir.

Une résolution, c’est une décision que nous prenons.

Quand vous prenez une résolution, je vous invite à vous demander ce qui motive cette décision, quelle est son importance pour vous ainsi que sa fonction. Est-ce que cela va vraiment contribuer à votre bien-être et à votre bonheur ? Vous poser ces questions est fondamental car cela va conditionner votre investissement dans la poursuite de vos objectifs et donc la réussite de votre projet.

Je prends l’exemple de la résolution classique d’arrêter de fumer. Si vous êtes dans cette situation, je vous invite à vous demander d’où vient cette décision : est-ce la pression de votre famille ou de votre médecin ? Est-ce un réel désir présent à l’intérieur de vous ? Car le paradoxe, c’est que beaucoup de personnes commencent à fumer pour être approuvées par les autres… et s’arrêtent pour cette même raison…

Or si ce n’est pas un désir authentique et que vous prenez cette résolution pour faire plaisir aux autres ou parce que vous vous y sentez obligé, alors il n’y a rien de surprenant à ce que des difficultés apparaissent pour tenir cette résolution 😉

Arrêter de fumer, être assidu en cours, réussir ses examens, maigrir, rencontrer l’âme sœur, faire du sport ou de la musique… toutes les résolutions sont bonnes du moment que ce sont les vôtres et qu’elles ne font pas de mal !

Je vous invite donc à vous écouter et à prendre des résolutions conformes à vos désirs 🙂

Ce qui revient à écouter vos désirs. Vous voyez, les bonnes résolutions, c’est finalement beaucoup plus profond qu’il n’y parait 😉

Et si résolution pouvait se combiner avec plaisir ? Le plaisir est un puissant moteur de changement et d’épanouissement. Décider des choses qui vous font plaisir et les formuler de façon positive sont de merveilleux atouts pour réussir à mettre en œuvre vos résolutions.

Cela voudrait dire, par exemple, qu’au lieu de prendre la résolution d’arrêter de fumer, qui pourrait être perçue comme une privation, je pourrais décider plutôt de mieux respirer ou de prendre soin de ma santé. Bien sûr, je vous parle d’un plaisir qui n’est pas forcément immédiat, qui peut s’éprouver à plus ou moins long terme. Mais la seule perspective de cette bonne santé est déjà un plaisir, non ?

Je vous invite à imaginer comment ce serait de mieux respirer, d’être en bonne santé, de réussir telle ou telle chose dans votre vie. Prenez le temps de vous représenter tous les bénéfices que vous auriez à vivre cette situation.

Pour  vous y aider, vous pouvez faire régulièrement l’exercice suivant : prendre 5 minutes pour vous relaxer, vous allonger, fermer les yeux et imaginer que vous réalisez votre résolution. Sentez ce que cela fait dans votre corps, imprégnez -vous de ces sensations.

Lorsque vous avez fini ce moment de relaxation et de visualisation, je vous invite à noter ou à dessiner ce que vous avez ressenti. Cela vous permettra d’ancrer ces sensations en vous et de donner un moteur à votre motivation. Si cette résolution est vraiment importante pour vous, je vous propose de faire cet exercice très régulièrement, une fois par semaine par exemple.

Il s’agit donc de mettre du sens dans vos résolutions, de pouvoir vous rappeler régulièrement pourquoi vous avez pris cette décision.

Cela implique de choisir des objectifs réalistes et réalisables. Si ce que vous décidez est complètement hors de vos possibilités, il sera impossible de les atteindre et vous risquez de vivre un échec.

C’est pourquoi, je vous invite à choisir peu de résolutions, mais de qualité : 2 ou 3 résolutions me semble être un nombre suffisant pour pouvoir y mettre la conscience et l’attention nécessaires et s’y consacrer. Car tout cela constitue un préalable, ensuite, il s’agit de passer à l’action !

Étape n°2 : Une démarche symbolique pour vous engager dans votre résolution

Il s’agira de noter cette résolution sur un papier et de l’afficher chez vous ou bien de la symboliser par un objet. Cette démarche de symbolisation présente dans la Méthode ESPERE® de Jacques Salomé, vous permettra de faire une place à votre résolution, de vous la rappeler au quotidien et de prendre conscience de son importance dans votre vie.

Étape n°3 : Du concret !

Et maintenant, place à l’action : une fois que vous avez bien choisi vos résolutions et que vous vous êtes engagés à les tenir, quelles actions concrètes mettez-vous en place pour réaliser votre résolution ? Quel est votre plan ?

Si vous avez décidé de réussir un examen, par exemple, quel sera votre rythme d’apprentissage, de révisions pour y parvenir ? Il est souhaitable d’établir un planning pour pouvoir réaliser ce type d’objectifs. Plus votre plan sera détaillé, mieux c’est !

Je vous invite à faire le point régulièrement pour savoir où vous en êtes dans vos engagements envers vous-mêmes.

Voilà,  je vous souhaite de concrétiser tout ce qui vous tient à cœur.

Cet article participe à l’événement interblogueurs « Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions » sur le blog « Des livres pour changer de vie ». Je lis ce blog régulièrement et pour tout vous dire mon article préféré sur ce blog est : 3,5 techniques simples pour moins de bêtises et plus d’intelligence avec la diète médiatique.

Cliquer ici pour voter pour mon article si vous l’avez apprécié 🙂

Meilleurs voeux !

Anaïs EUVERTE post on janvier 1st, 2014
Posted in La relation à soi Tags:bonheur , Jacques Salomé

DSCN0312Pour cette nouvelle année, je vous souhaite le meilleur… pour vous et ceux qui vous sont chers….

Je vous souhaite surtout de laisser ouverte votre porte intérieure sur le bonheur… car chaque moment qui passe peut être accueilli et agrandi… Je vous souhaite de tout cœur d’illuminer votre vie !

Voici une citation de Jacques Salomé qui, je l’espère, pourra vous y aider :

« Le bonheur, faut-il le rappeler, c’est une petite lumière au plus sombre de soi.

Petite veilleuse fidèle, patiente et inaltérable, mais qu’il est bon de raviver sans cesse jour après jour, qu’il est bon de tenir à l’abri des vents, de protéger des tempêtes du chagrin ou de la pluie des désespoirs.

Une petite lumière qu’il appartient à chacun de préserver de la malveillance, des pensées négatives, des poisons du ressentiment, de l’inattention des habitudes. »

( Extrait de « Pourquoi est-il si difficile d’être heureux? »)

Très belle année à chacun d’entre vous !

Pour démarrer cette nouvelle année, j’ai programmé mes ateliers jusqu’à juin, vous pouvez les consulter ici.

A bientôt !